La vente à domicile (ou vente directe)

[en : Direct selling]

 

La vente à domicile (appelée également la vente directe) a séduit un certain nombre de personnes. Quatre-vingt pourcents des vendeurs à domicile sont des femmes. Ces dernières sont séduites par la souplesse des horaires. Ainsi, vous pouvez décider de travailler à temps plein ou à temps partiel. La vente à domicile séduit par l’autonomie des vendeurs tant en termes de gestion de leur temps de travail que de son organisation. La vente à domicile est souvent un moyen de retour à l’emploi. La vente à domicile ne nécessite aucune formation préalable.

Mais qu’est-ce que la vente à domicile ? La vente à domicile est un compromis entre la vente en magasin et la vente par correspondance. Elle peut s’effectuer dans le cadre d’une démarche dite de  » porte-à-porte « . La vente à domicile peut également se dérouler en réunion communément appelée  » vente par réunion privée « . Elle peut également prendre la forme de vente en réseaux. La vente à domicile est une activité réglementée. Elle peut concerner la vente, la location de biens ou de services. Cette démarche doit s’effectuer dans un lieu non destiné à la vente comme par exemple au domicile de l’acheteur. Le vendeur est libre de choisir la façon d’organiser ses ventes soit en réunion ou soit en rendez-vous individuel.
Vous trouverez une fiche détaillée du métier de vendeurs à domicile à l’adresse suivante :
www2.pole-emploi.fr/espacecandidat/romelignePE/DetailRomePartenaire.do?rome=D1403.

Quel statut pour le vendeur à domicile ? Le vendeur a domicile peut-être salarié d’une entreprise ou être indépendant.
Dans le cas d’un vendeur à domicile salarié, ce dernier est lié à une entreprise. L’entreprise embauchant le vendeur à domicile déterminera son lieu de travail mais également ses horaires.

Elle peut également exiger des comptes rendus journaliers ainsi qu’un chiffre d’affaire minimum à effectuer. Le vendeur à domicile salarié bénéficie de la couverture sociale propre aux salariés.

L’entreprise établit un contrat de travail qui peut être de plusieurs formes. Le contrat peut être un contrat de Vendeur Représentant Placier (VRP) ou un contrat de représentant de commerce non statutaire. Dans le cas d’un VRP, le vendeur a domicile peut-être exclusif et dans ce cas le vendeur ne peut travailler que pour une seule entreprise. Il existe également des contrats VRP dits Multicartes permettant ainsi aux vendeurs à domicile de travailler pour plusieurs entreprises.
La rémunération du vendeur à domicile salarié peut être basée sur des commissions en fonction du chiffre d’affaires réalisé par ce dernier. Dans certaines entreprises, la rémunération est basée sur un fixe complété d’une commission calculée par rapport au chiffre d’affaires réalisé. Les commissions ainsi obtenues peuvent aller de 20 à 50 % du chiffre d’affaires.

Dans le cas d’un vendeur à domicile indépendant, les horaires et l’organisation de son activité est déterminée par le vendeur lui-même. Sa rémunération est directement liée à son activité. Il existe trois statuts différents pour les vendeurs à domicile indépendant. Le premier statut nommé vendeur à domicile indépendant (vdi) est le statut le plus adopté. Il convient pour un débutant dans le métier ou pour quelqu’un qui souhaite garder une activité annexe. Ainsi ce vendeur est dégagé des contraintes de création d’entreprise. Il bénéficie d’une protection sociale, fiscale et juridique. Les deux autres statuts nommés agent commerciale pour le premier et commerçant pour le second, sont des statuts pour un vendeur à domicile indépendant dont l’activité a augmenté. Il devra dans ce cas s’inscrire à un registre professionnel nommé Registre Spécial des Agents Commerciaux (RSAC) ou au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) en fonction de son statut. Vous trouverez l’ensemble de ces informations sur le sitewww.fdv.fr et sur le site www.cfenet.cci.fr pour les formalités d’inscription. Le vendeur à domicile est indépendant, il a une relation contractuelle avec l’entreprise pour laquelle il démarche et vend les produits. Il existe deux types de contrats caractérisant la relation entre le vendeur et l’entreprise. Il peut avoir un contrat le nommant mandataire ou un contrat le nommant revendeur.
Avec un contrat de mandataire, le vendeur à domicile est comme son nom l’indique mandaté par l’entreprise pour prendre des commandes en nom et pour le compte de cette entreprise. L’entreprise est propriétaire des marchandises que le vendeur propose au client.

Avec un contrat de revendeur, le vendeur à domicile est dans un premier temps un acheteur des articles fournis par l’entreprise de vente directe. Une fois les marchandises en sa possession, le vendeur à domicile indépendant doit revendre ces produits. Il bénéficie de remises quantitatives sur les produits vendus délivrés à ses clients avec une marge. Comment est rémunéré un vendeur à domicile ? Le salaire d’un vendeur à domicile dépend de l’activité de ce dernier. Effectivement la rémunération du vendeur à domicile correspond à une commission sur les articles vendus. Cette commission peut aller de 20 à 50 % du chiffre d’affaires réalisé par la vente à domicile.

Comme toute vente, la vente à domicile est cadrée par des lois. Lors d’une vente à domicile, le client est informé de toutes les conditions de la vente avec pour certains produits un contrat signé par les deux parties qui stipule les délais de livraison, le tarif, les caractéristiques du produit, l’identité du vendeur à domicile ainsi que l’identité de la société qui produit l’article acheté. Le client bénéficie d’un délai de rétractation de sept jours comme dans toutes les ventes. La vente à domicile ne s’effectue pas comme cela. Elle est régie par des dispositions relatives à la protection du consommateur mais également par un code déontologique professionnel élaboré par la Fédération de la Vente Directe. Vous trouverez un certain nombre d’informations sur le site de cette fédération à l’adresse www.fvd.fr.

Si la vente à domicile est une sorte de reconversion professionnellepour des personnes sans emploi, elle est aussi le moyen d’accroître ses revenus mensuels. Effectivement cette activité est cumulable avec une activité salariée. Elle peut également être pratiquée si la personne touche l’allocation d’aide au retour à l’emploi. Elle peut également être pratiquée avec la prestation d’accueil de jeunes enfants dans le cadre du complément du libre choix d’activités. Elle peut être également envisagée en complément de prestations vieillesse ou d’une pension d’invalidité. Pour toutes ces situations, il est important de se rapprocher des organismes concernés pour vous assurer de la possibilité de cette opportunité.

 

 

Vous connaissez un terme qui n'est pas dans notre lexique ?

Aidez-nous à améliorer le contenu du site tout en faisant la promotion de votre activité !

 
« Retour
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *